S’approprier sa vie professionnelle

Grosse digression au programme aujourd’hui sur le blog… nous allons parler boulot ! Aïe, j’imagine déjà vos mines contrites… Pas de panique ; )

En ce moment, j’ai du temps. Et pour cause, j’ai choisi de quitter mon travail en fin d’année dernière. Trop de stress, peu de reconnaissance, un burn out en prime… Surtout, ma vie professionnelle manquait cruellement de sens. Parce que j’ai besoin de créer, de réfléchir, et de rêver (oui, même au travail !). J’ai compris et expérimenté que le temps était un vrai luxe et que l’argent ne faisait pas le bonheur.

0c6a094ce2c00a85744c85d3f30ddfc6

Cette période compliquée m’a amenée à réfléchir sur la vie en général, à « philosopher » et prendre du recul. Je ne suis pas irresponsable ni très courageuse. J’ai juste envie que ma vie corresponde à mes valeurs. En l’occurrence, je crois que le champ des possibles est tellement ouvert à notre époque qu’il faut croire en soi et en ses capacités. Et ne pas attendre que le temps passe.

Aujourd’hui je m’aperçois que ce phénomène s’étend à toute une génération. Nous n’avons pas du tout le même rapport au travail que nos parents. Dans un contexte économique peu évident, nous préférons faire le choix d’un ailleurs où nos idées pourront s’exprimer. Ultra-connectée, il faut dire que la génération Y a de quoi être inspirée. Nombreux sont ceux qui ont fait leur « job out » pour conquérir leur eldorado professionnel. Finies les frustrations et les souffrances, l’objectif est de retrouver bien-être et épanouissement au travail. Il n’y a pas de recette miracle, mais faire des choix en cohérence avec sa personnalité profonde est une clé pour trouver sa place.

Personne n’est dupe, nous ne vivons pas dans le monde des bisounours, et il n’est pas simple d’avancer. Choisir, c’est renoncer. Crise des 25 ans, tendances YOLO* ou FOMO*, les expressions étranges sont légion pour décrire les difficultés rencontrées par notre génération. Une génération qui sait rire d’elle-même, avec beaucoup de talent d’ailleurs, sur son terrain de jeu virtuel préféré (le web). C’est certainement là que se trouvent les réponses à nos questions : le talent. Car nous avons tous une jolie corde à notre arc. À nous de savoir nous en servir.

38fc3671dfabb8704b13bf2d436aedc4

« Connais-toi toi-même » disait Socrate. Empowerment diraient nos amis anglo-saxons (on pourrait traduire ça par : « prise de contrôle de sa puissance personnelle »…). Pour moi, il est essentiel de s’approprier sa vie professionnelle, de donner un sens à ce qui constitue(ra) un tiers de notre existence. Et pour cela, il faut se lancer, oser devenir qui on est, construire par passion et conviction, plutôt que suivre sans réfléchir les objectifs qu’on a cru devoir se fixer ou s’investir dans une carrière qui ne nous ressemble pas.

Moi, j’ai décidé de revenir à mes premiers amours : les mots. Et pour donner forme à ce qui va devenir mon travail, j’ai choisi d’être freelance. Parce que ce simple mot me fait rêver ! Affaire à suivre très bientôt… : )

Et vous, quel est votre rapport au travail? Avez-vous fait votre job out ?

02f957a634adb320ff9c7aa356af988a

 *YOLO = You Only Live Once

*FOMO = Fear Of Missing Out

Photos © Pinterest

Publicités