Mes dernières lectures #11

Dans ce bilan lecture, je vous propose trois romans, avec une ambiance et un style bien différents. Humour sur la côté américaine, aventure et sentiments en Afrique ou saga familiale sous l’Allemagne nazie, vous avez l’embarras du choix ! Moi, j’ai aimé les trois ; )

lecture-automne-blog-bright-pause-0

La Dernière Réunion des filles de la station-service, Fannie Flagg

J’avais commandé ce roman pour participer au Summer Challenge, et je ne regrette pas ! J’ai vraiment été très vite piquée par le style de l’auteur, direct et plein d’humour. Sookie, la protagoniste est hyper attachante et on suit ses aventures avec délectation. Le personnage de sa mère est haut en couleurs et ne laisse pas indifférent ! Je n’aimerais pas l’avoir pour mère (encore moins pour belle-mère) mais elle pimente à merveille le récit. Sans compter les flashbacks sur fond de Seconde guerre mondiale. J’avais vu venir le deuxième gros rebondissement de l’intrigue, ce qui n’a heureusement rien gâché à mon plaisir. Je vous recommande ce roman sans hésiter, surtout si vous aimez l’autodérision et les histoires de famille : )

Le résumé : Maintenant que la dernière de ses filles a convolé en justes noces, Sookie peut enfin s’autoriser à ne rien faire. À presque 60 ans, il serait temps ! Seulement, une lettre livrée par erreur vient soudain bousculer son paisible programme. S’y étale, noir sur blanc, le mensonge de toute une vie…
Mise sur la piste d’une mystérieuse vieille dame, femme libre et héroïne de guerre, Sookie retrace à tâtons le fil de son histoire. Ses pas la mèneront à une lointaine station-service du Wisconsin où l’attendent un autre passé et, peut-être, un nouveau départ… 

Mon avis : 4/5

La Reine des pluies, Katherine Scholes

Tout autre style avec ce roman qui m’a littéralement transportée. Après quelques difficultés à rentrer dans l’histoire (des flashbacks surviennent dans les premières pages et au début j’ai eu du mal à me repérer dans les époques), je ne l’ai ensuite pas lâché d’une semelle. J’ai vraiment adoré la partie du livre qui se passe en Afrique, je l’ai trouvée d’une richesse et d’une poésie incroyables, j’avais l’impression d’y être. Le personnage d’Annah est bouleversant de sincérité, une femme forte et sensible à la fois comme je les aime. Sans compter les grands sentiments de l’intrigue, dosés comme il faut pour captiver le lecteur. Un cocktail vraiment réussi qui donne des envies d’ailleurs, avec le Lac Tanganyika et ses flamants roses en toile de fond !

Le résumé : Kate avait 12 ans en 1974, lorsqu’elle assistait à l’enterrement de ses parents, Sarah et Michael, deux missionnaires assassinés au fin fond de la brousse du Tanganyika. Seule une femme blanche, Annah, amie de la famille, échappe miraculeusement au massacre. Après ce fut le retour de Kate en Australie, son pays d’origine qu’elle ne connaissait pas, la vie dans les pensionnats de la mission, ses études d’infirmière pour suivre les pas de ses parents. Surtout s’endurcir, devenir de plus en plus imperméable aux autres pour ne plus souffrir. Mais voilà qu’emménage une nouvelle voisine, une vieille dame étrange et solitaire qui passe son temps autour d’un feu de camp dans le jardin derrière la maison, en compagnie d’une chèvre. Peu à peu les deux femmes se lient d’amitié et Annah dévoile son secret : c’est elle, sa marraine, qui était là, à la mission, ce funeste jour. Elle lui raconte alors son extraordinaire vie dans l’Afrique la plus sauvage, son histoire d’amour avec un jeune chef de tribu, et enfin, la vérité sur la mort de ses parents…

Mon avis : 5/5

lecture-automne-blog-bright-pause-1

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah McCoy

Voilà un livre que j’ai achevé la semaine dernière, et que j’ai lu en 2 ou 3 jours. Il m’a laissée mi-figue mi-raisin… C’est bien simple : il y a deux époques qui s’entremêlent dans le récit, et l’une des deux m’a captivée tandis que je lisais l’autre en diagonale. J’ai adoré le personnage d’Elsie et tout le récit de sa jeunesse pendant la guerre, une période qui m’intéressait beaucoup quand j’étais plus jeune. Tout est décrit avec un réalisme touchant : la dureté de la vie quotidienne, les moments d’intimité dans la maison/boulangerie familiale, ses doutes de jeune femme… Et puis ces noms de pâtisseries allemandes ont un effet madeleine de Proust sur moi (une partie de ma famille parle le patois allemand). J’ai moins accroché avec le personnage de Reba et son histoire d’amour compliquée qui diluait un peu l’intrigue à mon sens… Mais c’est dans tous les cas un joli roman que vous pouvez lire avec plaisir !

Le résumé : Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l’armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d’insouciance. Jusqu’à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps… 
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d’une pâtisserie allemande, celle d’Elsie… Et le reportage qu’elle prépare n’est rien en comparaison de la leçon de vie qu’elle s’apprête à recevoir. 

Mon avis : 3,5/5

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Bonne lecture les brighties et à bientôt !

lecture-automne-blog-bright-pause-2

Photos © Bright Pause

Publicités