Les bijoux Art Déco

Durant l’entre-deux-guerres, Paris brille ! En matière de luxe, elle est la capitale du monde occidental. La ville accueille alors des manifestations qui marqueront les esprits, dont l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes en 1925. Dans la production de cette époque, un courant novateur se dégage, l’Art Déco. Devenue une abréviation pour désigner ce style qui débute dans les années 20 pour s’achever au milieu des années 30, ce mouvement est encore aujourd’hui une source d’inspiration (y compris pour moi!). Après les délicatesses du XIXème siècle et le style « nouille » de l’Art Nouveau, un vent de modernité souffle sur la création française. Une modernité qui se traduit par le graphisme des bijoux, les thèmes choisis, les matières employées.

art-deco-1

La naissance d’un style

Une nouvelle génération de bijoutiers, en prise avec les courants artistiques de leur temps, proche de Fernand Léger ou Sonia Delaunay, s’inspire aussi du Cubisme, du Futurisme ou du Constructivisme russe. Les formes sont épurées, architecturées. Les lignes se font géométriques. L’objet de parure est traité comme une sculpture.

Inspiré par la société

Fait nouveau, c’est la vie contemporaine qui anime ces bijoutiers, et non plus le passé. Ils sont stimulés par les progrès de la science. Ils glorifient la mécanique ; des boulons, vis sans fin, vilebrequins deviennent des bijoux (jusque-là, rien de très glamour… ; )). Ils exaltent la vitesse. La ville, sa vitalité, suggère une nouvelle esthétique. La mode était au centre de la vie parisienne et tout ce qui lui était lié, du style de coiffure aux accessoires de mode, a subi un changement radical. Les vêtements changent et les nouvelles silhouettes longues, minces sans aucune courbe appellent des bijoux sobres (sauf pour les soirées à la Gatsby le Magnifique!). Les coiffures aussi changent et la nouvelle mode des cheveux courts a un impact direct sur les bijoux. Les pendants d’oreilles frôlent les épaules… J’adore !

gatsby-le-magnifique-29531_w1000

Les matériaux

Modernes, les créations le sont aussi par leurs matériaux. En substituant l’or blanc au platine, les bijoutiers se veulent plus accessibles. Ils introduisent les pierres fines moins coûteuses – améthyste, topaze, citrine -. Contrairement à l’Art Nouveau qui privilégie la bijouterie, l’Art Déco s’illustre dans la joaillerie. Celle-ci va utiliser des pierres exotiques comme le corail, le jade, l’ambre, l’onyx. Les artisans se tournent vers l’Orient et s’inspirent de l’Inde et de la Chine. Des nouvelles matières interviennent comme l’argent, le métal nickelé ou chromé, puis l’acier inoxydable, le palladium, l’aluminium et la laque. De plus, les progrès dans la taille des pierres, comme par exemple la taille trapézoïdale ou baguette, offrent une plus grande liberté.

Les artistes

Les plus radicaux comme Jean Desprès ou Jean Fouquet sont d’anciens ingénieurs et se considèrent plus comme des architectes du bijou que comme des artisans joailliers. Sous leur influence, les grandes maisons de joaillerie vont suivre. Charles Jacqueau bouleverse la collection Cartier et Jeanne Toussaint imagine la fameuse panthère. A l’exposition de 1925, Boucheron est remarqué pour la virtuosité technique de ses bijoux modulables. A la pointe de la création, la maison Boivin intègre la jeune Suzanne Belperron qui va signer des bijoux considérés encore aujourd’hui comme les plus novateurs. C’est elle qui commence à associer le mat et le brillant, le métal et les pierres dures taillées comme le cristal de roche, l’agate, l’onyx avec les pierres fines.

Un style intemporel

Les bijoux Art Déco ont représenté une telle révolution qu’ils sont aujourd’hui paradoxalement devenus un grand classique. J’adore leur forme simple, pure et intemporelle. Ils intègrent parfaitement la couleur, mais sont aussi d’une rare élégance dans leur version monochrome. C’est vraiment un style qui me correspond.

Pour illustrer cet article complet qui vous rendra incollable sur la période (!), voici quelques jolies choses, pur Art Déco ancien ou style Art Déco revisité…

Bijoux Art Déco - Bright Pause

De gauche à droite : Broche cascade de saphir et de diamants (env.1925) / Boucles d’oreille en onyx et jade, Gérard Sandoz / Bracelet en diamants et platine articulé / Bague Yin Yang (1923), Suzanne Belperron / Barrette style Art Déco, Anna Rivka / Bague 1937, Jean Després / Bague ancienne avec diamants et rubis / Collier ancien diamants en or et platine / Boucles d’oreilles style Art Déco Gatsby, Compagnie des Gemmes / Boucles d’oreille Palais Royal, Anne Thomas / Bague ancienne en or blanc et diamants / Bague ancienne en calcédoine et marcassites, Gustav Braendle-Theodor Fahrner / Bracelet améthystes et émeraudes, monture en vermeil et or, René Boivin / Bague ancienne avec diamants et émeraudes.

Si comme moi vous êtes amateur du style Art Déco (doux euphémisme en ce qui me concerne !), je vous conseille d’aller faire un tour sur le site du talentueux joaillier Benoît et celui du Louvre des Antiquaires qui regorgent de bijoux plus splendides les uns que les autres… Je ne m’en lasse pas! (heureusement qu’ils n’affichent pas toujours les prix, ça me refroidirait certainement!)

Et pour ceux qui souhaitent pousser l’expérience encore plus loin et approfondir leurs connaissances en matière de bijoux, la célèbre formation Drouot propose un cycle dédié à « L’art du bijou ». Il est toujours possible de s’inscrire à un ou plusieurs cours, même si le cycle a débuté, et vous bénéficierez d’une réduction de 10% grâce à Bright Pause!

Et vous, avez-vous un style ou une époque préféré(e)?

© Crédits photos: Bright Pause

Publicités